Isolation ou correction acoustique ?

Il ne faut pas confondre isolation acoustique et correction acoustique.

Les solutions à mettre en oeuvre doivent être parfaitement adaptées aux types de problèmes, ou aux exigences fixées (qui peuvent varier selon le type d'utilisation du local, la performance, la volonté d'intégration ou les choix esthétiques).

  • l’isolation acoustique est l’ensemble des dispositions prises pour réduire la transmission d’énergie entre les sources qui la produisent, et les lieux qui doivent être protégés.
  • la correction acoustique (ou traitement acoustique) regroupe les actions qui permettent d’assurer la qualité acoustique propre (à l'intérieur) d’un local.

Autrement dit, la correction concerne le local où sont émis les bruits tandis que l’isolation s’intéresse au local où ils sont reçus.

Par exemple, pour résoudre les problèmes courants de correction acoustique, que sont les cas de réverbérations excessives, il est nécessaire d'apporter de l'absorption acoustique devant les surfaces acoustiquement réfléchissantes (marbre, béton lissé, grande surface vitrée, plâtre lisse, etc. ...). Les panneaux acoustiques, ou mousses absorbantes peuvent répondre à ces problèmes de réverbération acoustique.

Temps de réverbération TR

C’est le temps mis par les ondes pour s'atténuer après réflexion sur les parois d’un local. Ce temps est défini par rapport à une chute de l'intensité́ sonore de 60dB après avoir stoppé l'émission du signal. Il varie selon la géométrie et le revêtement des parois de la salle.

Lorsqu’un son est émis, celui-ci est décomposé en sons directs et en sons réfléchis sur les différentes parois. Il faut intervenir sur ces derniers pour assurer le confort acoustique d’une pièce.

Ajuster les surfaces réfléchissantes et absorbantes

L’état de la surface et de la composition des parois (murs, plafond, sol) d’un espace construit détermine en grande partie ses caractéristiques acoustiques.

En fonction de la destination du lieu, on alternera les parois lisses réfléchissant le son (par exemple, les murs et plafonds), et les parois absorbantes (par exemple, une contre-cloison perforée avec isolant).

Pour éviter un effet « ping-pong » ("flutter echo" ou échos flottant) entre deux murs parallèles réfléchissants, on applique un matériau absorbant sur l’un d’eux.

Outre le travail sur les parois, certains accessoires ont pour effet de réduire la réverbération : déflecteurs, tissus (moquette, plafond tendu, etc.), mais également le mobilier.

Pourquoi corriger l’acoustique des locaux ?

Le confort acoustique est un élément souvent négligé des espaces intérieurs. Or l’équilibre psychologique et la productivité au travail des occupants y sont intimement liés.
Un bon confort acoustique a une influence positive sur la qualité de vie au quotidien et sur les relations entre usagers d’un bâtiment.
A contrario, un mauvais confort acoustique génère des effets négatifs sur l’état de santé (nervosité, stress, sommeil contrarié, fatigue).

Les aspects concernés par l'isolation acoustique peuvent être de deux types : l'isolation aux bruits aériens, et l'isolation aux bruits solidiens (ou bruits de choc). Pour chacun, une solution existe, qui peut être choisie à la conception, ou a posteriori, mais dans ce dernier cas, l'intervention est souvent plus lourde. Pour résoudre les problèmes d'isolation acoustique, on utilisera les matériaux isolants, et les matériaux résilients, en fonction du (des) type(s) de bruit(s) à traiter.

Les 3 principes de l'isolation phonique

La loi de masse

Plus c’est lourd, mieux ca isole. Autrement dit, à épaisseur égale, une cloison en béton isolera mieux qu’une cloison en plâtre, car à volume égal, le béton est plus lourd que le plâtre.

Le principe «masse-ressort-masse»

Il consiste à utiliser des parois doubles, comme des plaques de plâtre ou des cloisons en briques désolidarisées, c’est-à-dire séparées par un espace rempli avec un isolant souple : laine minérale, de bois, de chanvre, etc., qui absorbe et dissipe l’énergie.

Le principe d’absorption

Le coefficient d’absorption acoustique définit le rapport entre le bruit absorbé et le bruit entrant. Celui-ci varie en fonction de la fréquence sonore.

Le coefficient d’absorption (αw) se situe entre 0 et 1 :

   Coefficient d’absorption = 0 : le matériau n’absorbe aucun bruit, le bruit est donc totalement réfléchi.

   Coefficient d’absorption = 1 : tout le bruit est absorbé par le matériau. Ainsi, un matériau présentant un coefficient d’absorption αw=0,8 signifie qu’il absorbe 80% du bruit entrant.

En d’autres termes, plus le coefficient est proche de 1, plus le matériau est absorbant.

Indice d’affaiblissement acoustique R

La capacité́ d'un matériau à empêcher la transmission des sons aériens est évaluée par son indice d'affaiblissement acoustique appelé́ R (en dB). Celui-ci est déterminé en laboratoire et correspond à la différence entre les niveaux de pression acoustique régnant dans les locaux d'émission et de réception. Lindice d’affaiblissement acoustique R exprime la performance acoustique d’un matériau, en dB. Plus il est élevé́, plus le produit est efficace.

Les boîtes à œufs : Mythe ou réalité ?

Une question maintes fois posée, car il y toujours quelqu'un pour pour affirmer "Si si, ça marche ! Le cousin du beau frère de ma tante a fait ça dans son garage et c'est formidable, le son est merveilleux et il s'est réconcilié avec ses voisins ..."

Donc je vous propose de lire un article intéressant sur le sujet, écrit par Jean-Pierre Lafont d'apres une étude réalisée au Etats-Unis par Nick Colleran de First-acoustic.

Les boîtes à œufs : Mythe ou réalité ?