mise au normes des pad

De l’importance de respecter les normes pour les pistes audio des PAD.

Vous avez réalisé une série, une pub ou votre émission PAD (prêt a diffuser). Vous en êtes très fier à juste titre car ça représente une somme de travail considérable !

Mais ...!

Seulement voila ! Le diffuseur refuse le programme… Non pas que le contenu ne soit pas de qualité, mais parce que les pistes audio ne correspondent pas aux normes actuelles de diffusion. Le générique est trop fort, les voix sont trop faibles. Les différences d’amplitude entre les niveaux fort et faible sont trop grandes… Ou encore, dans le cas d’une série, les pistes son des différents épisodes ne se ressemblent pas …

Dans le studio de post-production, le technicien (le Mixeur) va assembler toutes les pistes provenant du tournage sur une seule : la piste des voix, la piste des effets et bruitages ajoutés sur le montage son, la piste de la musique, et enfin, le générique.

Mais évidemment, toutes ces pistes sont enregistrées à des niveaux différents. Le Mixeur doit rectifier les niveaux sonores, mélanger les entrées et les sorties musiques, les effets …

Bien sur, pour garder une « cohérence sonore », l’intensité des sons est réglée en fonction de l’échelle des plans (gros plan, plan d’ensemble…)

Ensuite il crée un fichier unique contenant le son et la vidéo et c’est fini !

Pendant très longtemps, chacun faisait ce qu’il voulait et c’était simple. Mais suivant les compétences du technicien, le résultat pouvait être plus ou moins bon …

Aujourd'hui, à l’ère de la télévision numérique, la mise aux normes des PAD n’est plus une option, les problèmes de différences de niveau sonore qui existent d’une chaîne à l’autre ou d’un programme à l’autre au sein de la même chaîne ne sont plus acceptables.

Pour pallier à cela, la recommandation technique CST-RT-017–v3.0 "PAD Editeurs" a été mises au point, en particulier l’EBU-R128.

Pour en savoir plus, vous pouvez télécharger le document en PDF issu du travail commun des Editeurs du HDForum, de la CST et de la FICAM (CST/FICAM/HDFORUM).

 

ebur128

 

L’objectif de la recommandation EBU-R128 est donc de parvenir à une harmonisation de ces niveaux sonores afin d’améliorer le confort des téléspectateurs. Ce sentiment d’intensité sonore ressentie (par l’auditeur) s’exprime par le terme anglais de loudness et en français sonie (plus rare).

Loudness des programmes

Le loudness d’un programme dépend de plusieurs facteurs, c’est une notion subjective qui dépend de l’auditeur et du contexte d’écoute (la sensation de niveau sonore sera différente si vous écoutez du rock ou du jazz par exemple). Mais un certain nombre de caractéristiques du signal ont aussi une influence directe, notamment le contenu fréquentiel qui doit tenir compte de la courbe de réponse de l'oreille humaine, la dynamique qui doit être contrôlée ou la spatialisation du son dans le cas d’un système multicanal en 5.1 comme on en trouve en home cinéma.

L’intérêt de ces mise aux normes: faire disparaitre la guerre de celui qui a le niveau sonore le plus fort ainsi que les effets indésirables de cette guerre: un usage excessif des limiteurs, un manque de dynamique, voire de la distorsion sur certains passages. Le but de ces normes est de permettre de ne plus avoir à faire le choix entre être aussi fort que les autres ou avoir un son dynamique, agréable, correct.

La recommandation EBU R128 établit les méthodes de mesures du niveau audio des programmes, courts ou longs et ce, pour la quasi-totalité des plateformes de diffusion. La norme qui lui est associée, ITU-R BS.1770, définit un algorithme standard et accessible à tous pour ces mesures.

La difficulté pour le technicien consiste donc à mesurer objectivement le loudness du programme. Heureusement aujourd'hui, plusieurs plugins dans PRO TOOLS ou autre éditeur sont là pour nous aider.

 

wlm loudness

Plug-in WLM destiné à mesurer le loudness de projets audio professionnels, que ce soit en mixage / mastering, en post-production pour la télévision ou le cinéma, etc.

Les grandes lignes :

Pour caractériser le signal audio, on utilise les paramètres suivants :

  • Programme loudness - mesure de l'intensitée du programme
  • Loudness range, LRA - mesure de l’excursion du loudness
  • Maximum true peak level - mesure du niveau crête du signal

Il existe 3 types de mesures :

  • Momentary loudness - mesure instantanée : fenêtre glissante de 400 ms
  • Short term - mesure instantanée : fenêtre glissante de 3 s
  • Integrated loudness - mesure infinie : sur toute la durée du programme

La valeur de la mesure du loudness du programme est normalisée à -23 LUFS +- 1 LU

L’échelle LUFS est équivalente à l’échelle LKFS (courbe de pondération K ou R2LB) avec la correspondance suivante

0 LU = -23 LUFS

Pour le metering, deux échelles sont retenues :

  • EBU +9 scale, l’échelle par défaut, allant de -18 LU jusqu’à +9 LU (-41 LUFS, – 14 LUFS)
  • EBU +18 scale, allant de -36 LU jusqu’à + 18 LU (-59 LUFS, -5 LUFS)

Le signal audio doit être mesuré dans son intégralité, sans considérer des éléments spécifiques tels que les dialogues

La mesure doit intégrer l’utilisation du gate, dont le seuil relatif est de 10 LU au-dessous de la valeur du loudness, obtenue par mesure instantannée (400 ms). A noter aussi la présence d’un gate pour les silences, dont le seuil est fixé à -70 LUFS.

Le loudness range (LRA), traduit l’excursion du loudness au cours du programme, l’algorithme de mesure retenu fontionne sur la distribution statistique des valeurs entre 5% et 95%, excluant ainsi les valeurs extrêmes. Le LRA n’a pas de valeur imposée dans la norme R128, il est juste recommandé de ne pas dépasser 20 LU pour la diffusion broadcast de programmes avec grande dynamique (le film, la musique classique).

Les algorithmes ne font pas tout ...

Il faut quand même garder à l’esprit que quel que soit le procédé de normalisation mis en œuvre, une maîtrise parfaite des techniques de mixage et de mastering reste indispensable.