Décibel et niveaux de bruit

Certains éprouvent du plaisir à écouter de la musique très fort. mais malgré le plaisir d’écoute, le danger est présent. Pour la musique comme pour les autres “bruits”, la limite de nocivité est de 85 dB. Les concerts ne sont pas règlementés et à proximité des enceintes acoustiques, les niveaux dépassent quelquefois 115 dB avec des pointes proches de 140 dB.

Dans ces conditions, une écoute de quelques minutes seulement peut provoquer des dommages irréversibles de l’oreille, avec à la clef, surdité et acouphènes (sifflements persistants). C’est pourquoi dans les bars, sur des lieux de concert ou au travail, lorsque l’on est exposé à de forts niveaux sonores, il est important de respecter des temps de pause toutes les heures environ ou au moins de porter des protections auditives.

Outre la surdité, le bruit a bien d'autres éffets sur l’organisme

Les risques d'accidents au travail sont augmenté :

le bruit exerce un effet de masque sur les signaux d'alerte
le bruit détourne l'attention, donc on est bien moins attentif

Les effets physiologique et émotionnel.

Troubles cardiovasculaires

Selon de nombreuses études, les troubles cardiovasculaires, en particulier l'hypertension, sont plus fréquents chez les personnes exposées au bruit. Ces troubles ont tendance à augmenter avec la durée d'exposition au bruit.

Troubles du sommeil

L'exposition au bruit pendant le travail a des conséquences négatives sur la qualité du sommeil. Si bien que le bruit interfère avec la fonction récupératrice du sommeil et peut entraîner une fatigue chronique.

Stress

Le bruit constitue un facteur de stress dans la mesure où il est chronique, imprévisible et incontrôlable. La gêne liée au bruit est aussi associée à l'insatisfaction au travail ou à la maison, à l'irritabilité, à l'anxiété, voire à l'agressivité.

Baisse des performances cognitives

Enfin, le bruit détériore la performance des travailleurs dans les tâches cognitives, surtout lorsqu'elles sollicitent la mémoire à court terme.

Bruit et grossesse

Le bruit pourrait représenter également un danger pour les fœtus. En effet, au cours des 3 derniers mois de grossesse, l’oreille interne du fœtus est particulièrement sensible aux bruits riches en basses fréquences. Or les bruits inférieurs à 250 Hz traversent facilement les barrières naturelles qui protègent le fœtus (parois abdominales et utérines, placenta et liquide amniotique) et sont donc potentiellement dangereux pour l’audition des enfants à naître.

Une page très bien documentée si vous voulez aller plus loin (cf Wikipédia).

A ce propos, en Côte d'Ivoire, le président de la République a mis en place en 2016 un cadre légal servant à la réglementation des émissions de bruits de voisinage par le décret n° 2016-791.

 

echelle du bruit audition

Échelle du niveau de bruit. Source www.audilo.com

 

 

Cette échelle de niveaux sonores (en dB SPL) classe les sons de notre environnement en 4 catégories :jusqu'à 80 dB, il n'y a aucun risque pour l'oreille, quelle que soit la durée d'exposition.

De 80 à 90 dB, on approche de la zone de nocivité, mais les risques sont limités à des expositions de très longue durée.

De 90 à 115 dB, notre oreille est en danger : plus le son est fort, moins il faut de temps d'exposition pour provoquer des lésions.

Au delà de 115 dB, des bruits impulsifs (très brefs) provoquent immédiatement des dommages irréversibles.

Ce qui est raisonnable ?

Dans certains pays, la limitation à 105 dB dans les discothèques et salles de concerts protège, c’est vrai, le voisinage, mais pas vraiment les clients qui eux, ne devraient pas être exposés plus d'une heure à plus de 100 dB ! Pour ce qui est des lecteurs MP3, la limitation à 100 dB est une très bonne chose ... mais est-ce suffisant, quand on sait qu'il y a danger à une écoute > 90 dB au delà de 2 heures !

Dans ces pays, la législation sur l'exposition au bruit au travail (limitation à 85 dB), est parfaitement appliquée dans certains environnements (aéroports, usines, ...), mais qu'en est-il de certains ouvriers du bâtiment ou de la voirie et surtout des bricoleurs qui utilisent allègrement perceuses à percussion, cloueuses, meuleuses, tronçonneuses, etc. sans protection !

Il y a souvent des solutions, même chez le particulier, par exemple: insonoriser son habitat ou seulement quelques pièces de la maison à l'aide d'une isolation acoustique précédée d'une étude de bruit...

 

Définitions de quelques bruits-types

Avant de lister les bruits-types les plus courants, il s’agit de définir le bruit, une notion relative qui dépend souvent de la perception individuelle d’un son particulier. Le bruit est constitué de sons indésirables, ceux qui provoquent une sensation auditive désagréable ou gênante.

L’acoustique définit une série de bruits-types bien définis, auxquels on peut se référer :

Bruit solidien – Propagation solidienne

Bruit propagé dans un solide. La propagation solidienne est le déplacement de l’onde sonore dans un solide.

Bruit aérien – Propagation aérienne

Bruit propagé dans l’air, par opposition aux bruits solidiens.

Bruit ambiant

Niveau sonore incluant l’ensemble des bruits environnants. Dans le cas d’une gêne liée à une source sonore particulière, le bruit ambiant est la somme du bruit résiduel et du bruit particulier émis par la source. Il est composé de l’ensemble des bruits émis par toutes les sources proches et éloignées.

Bruit d’impact

Bruit qui provient d’un choc sur une paroi

Bruit de fond

Le bruit de fond est le bruit total existant en un point pendant une certaine durée. Il contient l’ensemble des sons émis par les sources sonores au moment de la mesure : les conversations, les bruits de ventilation, les bruits de machines ou d’équipements, les sons provenant des couloirs, des autres pièces ou des bruits de circulation, etc…

Bruit liquidien – Propagation liquidienne

Bruit transmis dans un liquide et déplacement de l’onde sonore dans un liquide

Bruit particulier

Bruit produit par une source sonore générant une gêne dans l’environnement, ou composante du bruit ambiant pouvant être identifiée spécifiquement et que l’on distingue du bruit ambiant.

Bruit résiduel

Niveau sonore en l’absence du bruit particulier. Le bruit résiduel peut être le niveau sonore mesuré lorsque la machine est à l’arrêt.

Bruit blanc

L’un des bruits-types, composé de toutes les fréquences au même niveau statistique. Il présente la même énergie pour toutes les fréquences.

Bruit rose

Un bruit rose est un bruit normalisé qui possède la même énergie dans les bandes d octave de 125 à 4000 Hz. Le bruit rose est la référence pour caractériser les qualités des structures d’une construction : murs, planchers, façades, menuiseries, toiture, etc. Pour les fréquences croissantes les niveaux sont décroissants à raison de 3 dB/octave.

Bruit route

Un bruit route, ou bruit routier, est un bruit normalisé. Il est une référence pour le bruit des trafics routiers et ferroviaires. Son spectre est enrichi en basses fréquences et appauvri dans les aiguës par rapport à un bruit rose.